Accueil RONFLEMENT ET APNÉES DU SOMMEIL L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil

1- Qu’est-ce qu’une apnée ?

C’est l’arrêt de la respiration pendant 10 secondes ou plus mais rarement plus d’une minute, jamais plus de 3.

2- Qu’est-ce qu’une hypopnée ?

C’est une diminution de la respiration pendant 10 secondes ou plus mais rarement plus d’une minute, jamais plus de 3. Elle pourrait paraître moins grave que l’apnée mais en réalité elle entraîne les mêmes conséquences.

3- Pourquoi une apnée ou une hypopnées commence-t-elle ?

Parce que, sous l’effet du sommeil, il apparaît une hypotonie de tous les muscles, en particulier au niveau du pharynx qui se rétrécit et parfois se ferme au niveau de la luette et de la partie arrière de la langue. C’est du fait de cette obstruction que l’on parle d’apnée et d’hypopnées obstructives.

4- Comment une apnée ou une hypopnée s’arrête-t-elle ?

  • Le seul moyen est que le sommeil s’allège ou s’arrête pour supprimer l’hypotonie musculaire des voies respiratoires et donc leur obstruction.
  • Cet arrêt est un réflexe et est en réalité un mécanisme de sécurité.
  • Il est dans la grande majorité des cas totalement inconscient.
  • Il est très court le plus souvent de quelques secondes (3 à 15 secondes), c’est pour cela qu’il est appelé micro-éveil.

5- Qu’est-ce qui favorise une apnée ou une hypopnée ?

Ce sont tous les facteurs qui, en dehors du sommeil et de son hypotonie musculaire généralisée, rétrécissent aussi les voies respiratoires. Ils sont multiples et les principaux sont :

  • l’obésité car la graisse infiltre les parois des voies respiratoires et rétrécit leur calibre
  • la position couchée sur le dos car la mandibule et la langue se déplacent vers le bas, c’est à dire se rapprochent de la partie postérieure des voies respiratoires.
  • La morphologie des voies respiratoires qui peut varier d’une personne à l’autre, certains ayant un rétrécissement congénital, tout particulièrement si leur menton est peu développé ou fuyant.

6- Que faut-il savoir du ronflement ?

  • le ronflement est très fréquent.
  • Il est dû à la vibration du voile du palais sous l’effet de l’air inspiré et expiré qui s’écoule difficilement lorsque les voies respiratoires sont rétrécies.
  • Le ronflement à lui seul n’a pas de conséquence défavorable sur la santé, tout en sachant qu’il peut être gênant (parfois très gênant) pour l’entourage et que c’est souvent lui qui attire l’attention.
  • L’existence d’un ronflement ne signifie pas qu’il y a aussi des apnées ou des hypopnées ; on estime qu’un ronfleur sur cinq présente des apnées ou des hypopnées, par contre presque tous ceux qui ont des apnées ou des hypopnées présentent aussi des ronflements.

7- Qu’est que la maladie (aussi appelé syndrome) des apnées du sommeil ?

  • C’est la répétition au cours de la nuit de multiples apnées ou hypopnées.
  • On admet qu’à partir de 10 apnées ou hypopnées par heure de sommeil c’est une situation anormale qui va entraîner des risques pour la santé.
  • Des chiffres aussi importants que 60 apnées ou hypopnées par heure de sommeil, ou plus, sont souvent rencontrés.
  • Pour définir le nombre d’apnées ou hypopnées par heure de sommeil on parle de l’index d’apnées ou hypopnées par heure de sommeil ou encore IAH.

8- Le syndrome d’apnées du sommeil est classé en 3 degrés de gravité en fonction de l’IAH

  • Léger : de 0 à 15 par heure
  • Modéré : de 15 à 30 par heure
  • Sévère : plus de 30 par heure

9- Comment les apnées du sommeil sont-elles mauvaises pour la santé ?

Les apnées ou hypopnées sont, en règle générale, interrompues par les courts éveils ou micro-éveils (sans que l'individu ne s'en aperçoive) qui permettent de reprendre une respiration normale.
Si ces arrêts respiratoires sont nombreux, les micro-éveils seront nombreux également entraînant un sommeil de mauvaise qualité. Cela explique la sensation de fatigue sentie au réveil et la somnolence diurne des patients.
Par ailleurs chaque éveil s’accompagne d’une accélération de la fréquence cardiaque et d’une augmentation de la tension artérielle qui risque de devenir permanente. Cette hypertension augmente les risques d’accidents vasculaires d’autant plus qu’une mauvaise oxygénation nocturne s’accompagne souvent d’une augmentation de la viscosité du sang. Les patients porteurs de syndrome d’apnées du sommeil présentent donc un risque accru d’angine de poitrine et d’infarctus du myocarde.

 

 

CERAR : 8, Bd Mohammed V Casablanca - Maroc
Tél : +212 5 22 48 26 86 | Fax :+212 5 22 22 49 57 | E-mail :cerar.laraqui@gmail.com
CERAR Center © 2011