Accueil MALADIES RESPIRATOIRES ET ALLERGIQUES ECZEMA

ECZEMA

QU´EST-CE QUE L´ECZEMA?

L’eczéma est la plus fréquente des dermatoses (maladie de la peau) inflammatoires. On retrouve classiquement :

  • des placards cutanés érythémateux (rouge) puis érythémato-vésiculeux, la taille des vésicules étant le plus souvent petite ou moyenne, parfois bulleuse,
  • accompagnés d’un prurit important et constant,
  • au terme de quelques jours, les vésicules se rompent et laissent place à un suintement, puis à la formation de croûtes, évoluant vers une desquamation. A ce stade, la surinfection des lésions donne un aspect d’impétiginisation croûteuse.
  • à plus long terme, ces lésions prennent un aspect lichénifié (sèches et dures) par épaississement de la peau, associé à des lésions de grattage, le prurit étant permanent.
  • à côté de cette description classique, l’eczéma de contact peut revêtir des aspects sémiologiques très différents. De même, son expression peut varier selon la topographie des lésions et selon leurs modalités évolutives.

Eczémas de contact

I-DEFINITION
  • L’eczéma de contact est une manifestation allergique, secondaire au contact avec la peau d’une substance exogène, végétale, animale ou chimique. Cette notion de contact impose une analyse rigoureuse du mode de survenue et de l’évolution des lésions.
II-BILAN
  • Le diagnostic d’eczéma une fois établi, la réalisation d’un bilan étiologique (de la cause) est nécessaire pour aboutir à celui d’eczéma de contact.
  • Il repose sur :
    • Un interrogatoire minutieux détaillant le mode de survenue et l’évolution ;
    • La réalisation de tests épicutanés ou patch-test ;
    • la pratique de tests de provocation.
    • Les allergènes responsables d’eczémas de contact sont extrêmement nombreux. Ce sont des produits chimiques. Les plus courants d’entre eux sont inclus dans la batterie standard des tests épicutanés ; les cosmétiques constituent un réservoir quasi inépuisable d’allergènes. Mais il peut s’agir également de protéines, d’origine animale ou végétale, comme dans la dermite de contact aux protéines (animales ou végétales).
    • Une fois l’allergène dûment identifié, sa relation avec une éventuelle exposition professionnelle est essentielle au plan médico-légal pour la reconnaissance de l’eczéma comme dermatose professionnelle, réparable au titre de certains tableaux des maladies professionnelles. Certaines professions sont en effet particulièrement exposées : métiers du bâtiment, de la coiffure, du bois, de la santé…

Dermatite atopique(DA)

I-DEFINITION
  • La dermatite atopique est une dermatose (maladie de la peau) inflammatoire, prurigineuse, chronique, évoluant par poussées, faite de lésions à type d’eczéma. Elle est marquée par une réactivité cutanée anormale chez des sujets ayant habituellement des antécédents personnels ou familiaux d’atopie (tendance individuelle ou familiale à produire des IgE spécifiques (anticorps), en réponse à de petite doses d'antigènes et à développer des symptômes typiques tels que l'asthme, la rhinoconjonctivite ou le syndrome eczéma-dermatite).
II-FREQUENCE
  • La fréquence de la DA est en augmentation constante depuis une vingtaine d’années (elle a doublé en 20 ans dans les pays industrialisés). Cette augmentation suit celle de l’ensemble des autres manifestations atopiques (asthme, rhinites…) :
III-EVOLUTION
  • Les aspects cliniques de la DA varient avec l’âge. Le début est précoce (dans 80% des cas avant l’âge de 1 an), et dans 90% des cas, l’enfant est atteint avant l’âge de 5 ans. Elle peut également débuter plus tardivement, voire à l’adolescence et plus rarement à l’âge adulte.
  • L’évolution se fait par poussées successives. Elle peut être émaillée de complications infectieuses (bactériennes et virales) ou autres. Dans 80% des cas elle disparaît avant l’âge de 6 ans, mais peut être remplacée ou associée ultérieurement à d’autres manifestations atopiques, notamment respiratoires (asthme, rhinite).
IV-DIAGNOSTIC
  • Si le diagnostic de la DA est en règle générale facile devant un eczéma évoluant par poussées aux localisations caractéristiques, sa physiopathologie (mécanisme) reste encore incomplètement élucidée. C’est une maladie multifactorielle associant des facteurs génétiques (rôle de l’hérédité suggéré par les antécédents familiaux) et des facteurs environnementaux (pneumallergènes, trophallergènes...).
  • La réalisation d´un bilan allergologique complet, comportant des pricks-test et des patch-test (atopie patch-test), est indispensable.
V-TRAITEMENT

 

  • Le traitement de la DA est difficile et a pour but d’améliorer la qualité de vie des patients. La plupart des traitements proposés n’ont qu’une action suspensive sans pouvoir agir sur l’évolution de la maladie.

 

 

CERAR : 8, Bd Mohammed V Casablanca - Maroc
Tél : +212 5 22 48 26 86 | Fax :+212 5 22 22 49 57 | E-mail :cerar.laraqui@gmail.com
CERAR Center © 2011